Prochain séminaire de la Commission Réalité Virtuelle, Augmentée et Mixte le 29 mars 2021

10.02.21

Le prochain séminaire de la commission réalité virtuelle, augmentée et mixte d'ARPEGE aura lieu le 29 mars 2021 en visioconférence.

Pour se connecter :

https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3ameeting_MTI1M2MxMTYtZmRmZi00ZTYyLWFmOGQtZTkxN2IxYjY1Yzli%40thread.v2/0?context=%7b%22Tid%22%3a%2268cdfebb-157b-4846-ba2f-d196a9124ac0%22%2c%22Oid%22%3a%2239f065b6-4c7a-4474-96dc-3daea2082703%22%7d

Le programme de la journée sera le suivant :

9h - Accueil

9h15 - Alexis Souchet : Facteurs Humains de la Réalité virtuelle pour Apprendre et Travailler : fatigue visuelle, charge cognitive et stress

Alexis Souchet est diplômé d’un doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication de l’Université Paris 8 intitulé « Impacts de la fatigue visuelle sur l’apprentissage via serious game en réalité virtuelle. » Il est actuellement chercheur postdoctoral au CNRS dans l’UMR7253 Heudiasyc de l’Université Technologique de Compiègne et réserviste à l’Institut de Recherche Biomédical des Armées (IRBA). Ses travaux portent sur les effets secondaires des usages de la réalité virtuelle pour l’apprentissage et le travail. Par une approche pluridisciplinaire, le but est de mesurer avec des capteurs physiologiques le stress, la charge cognitive, le cybersickness et la fatigue visuelle puis adapter dynamiquement les interfaces VR selon un profil utilisateur.

Il présentera d'une part les résultats de sa thèse CIFRE qui portait sur les impacts de la fatigue visuelle sur l’apprentissage via serious game en réalité virtuelle et, d'autre part, les travaux préliminaires à une série d’expériences dans le cadre d’un postdoctorat portant sur le suivi en temps réel du stress, de la charge cognitive et de la fatigue visuelle en VR via eye tracking, ECG et EDA.

10h30 - Pause

10h45 - Jacques Marc : Réalité virtuelle et formation à la prévention des risques professionnels : Le cas du risque chimique

Jacques Marc est psycho-ergonome et chargé d'étude à l'INRS, spécialisé dans la gestion des risques en situation dynamique et sur les problématiques de détection et de prévention des risques professionnels (y compris par le biais de la formation).

Il présentera une étude sur l’utilisation des techniques de réalité virtuelle pour la formation à la prévention des risques chimique. En 2003, l'INRS a lancé un programme de réalité virtuelle afin d'étudier la possibilité d’utiliser de nouveaux outils de formation . Ce programme visait à évaluer les potentialités et les limites de de la Réalité Virtuelle (RV) pour surmonter les difficultés rencontrées avec les formations traditionnelles. Le deuxième objectif était de fournir une alternative aux aides actuelles d'enseignement (diapos , vidéo , etc.) L'objectif global était de concevoir une nouvelle formation, y compris les ressources de réalité virtuelle, avec au moins les mêmes performances qu'une formation traditionnelle. Pour ce faire, une formation sur la prévention du risque chimique, basée sur l'observation des activités de travail, a été sélectionnée. Cette formation visait à sensibiliser certains stagiaires à l'utilisation d'une méthodologie pour la construction d'une " stratégie de prévention ".

12h - Repas

13h30 - Valérie Saint-Dizier : Conception d'un outil numérique support à des formations aux compétences psychosociales en santé

Valérie Saint-Dizier est professeure des universités en psychologie sociale du travail, psychologie ergonomique à l’Université de Lorraine. Membre du Laboratoire Lorrain de psychologie et neurosciences de la dynamique des comportements (2LPN) et coresponsable de l’axe Développement, Education, Travail, Interaction (DETI). Elle s'est spécialisée dans l’étude des activités qui s’expriment à travers des interactions langagières dans des visées compréhensive et/ou formative, par exemple, la médiation civile et commerciale, la vente à domicile, l'annonce de diagnostics médicaux lourds ou délicats, l'animation des discussions à visée philosophique en milieu scolaire, etc.

Elle présentera une recherche en cours sur un outil destiné aux étudiants en santé de l'Université de Lorraine et aux enseignants en charge de la formation aux compétences psychosociales utiles en santé (Projet FEDER/LIESSE LIEns soignant-soignants, Soignant-SoignE). Les CPS sont des connaissances en acte et peuvent être approchées par l’étude de l’activité où elles se sont exprimées. Dans cette optique, l’outil met à disposition des films de séquence d’activité et leur transcription auxquels sont associés des commentaires qui permettent de montrer aux bénéficiaires comment décrire l’activité, comment y identifier l’expression de CPS, comment y réfléchir pour éventuellement faire évoluer sa pratique. La singularité de l’outil dans le champ de l’éducation en santé tient en plusieurs points : il traite de CPS non traitées actuellement (notamment coopérer, se coordonner, convaincre), il articule davantage contenu théorique et pratique, il propose un cadre d’analyse de l’activité issu de la psychologie ergonomique (qui permet notamment d’instruire l’activité dans ses dimensions architecturale, relationnelle, communicationnelle) et mobilise également ses méthodologies : auto-confrontation, allo-confrontation au film de l’activité. La communication s'attachera à présenter le processus de conception de l'outil et son ancrage théorique.

14h45 - Pause

15h - Jean-Michel Boucheix : Effets d'un guidage visuel sur les apprentissages des écosystèmes forestiers dans un environnement virtuel

Jean-Michel Boucheix est professeur de psychologie cognitive et ergonomique à l'Université de Bourgogne Franche-Comté à Dijon. Il est membre du LEAD-CNRS (Laboratoire d'Etude de l'Apprentissage et du Développement) dont l'objectif principal est la modélisation cognitive de l'apprentissage. Jean-Michel Boucheix s’intéresse particulièrement à la psychologie cognitive des technologies de l'apprentissage et de la formation, au traitement cognitif des documents multimédias et de la réalité virtuelle, en particulier la compréhension des animations interactives en sciences et technologie. Il s’intéresse également aux apprentissages avec des simulateurs haute et basse fidélité. Il utilise régulièrement les techniques d’eye-tracking (ainsi que des mesures physiologiques, entre autres) pour étudier le traitement psychologique des scènes visuelles et des présentations multimédias.

Il présentera une étude dont l'objectif était de tester l'effet d’un guidage, sous forme de signalisation visuelle (« cueing »), associée au feed-back dans l'apprentissage des écosystèmes forestiers. La séquence d'apprentissage était réalisée dans le contexte d'un simulateur de forêt vivante (dynamique) réaliste en casque de réalité virtuelle (RV) immersive, pour des étudiants en agriculture. Deux modalités de signalisation ont été étudiées : la présence (vs. absence) de clignotement visuel d'éléments forestiers pertinents pour la tâche à réaliser (essences d'arbres, plantes, fleurs, zones humides, etc.) et la présence (vs. absence) de balises (concernant la faune), toutes deux avec de très courts textes dans des fenêtres pop-up, dans un plan expérimental 2x2. Cent élèves (première et terminale STAV) d'un lycée agricole ont pu, individuellement , explorer (y compris physiquement), analyser et marquer (à l'aide des manettes) des éléments de la forêt qu'ils considéraient comme pertinents dans trois zones de forêt, afin de choisir la meilleure zone, parmi les trois, dans laquelle un site d'accueil touristique de public équipé (pique-nique, repos, accueil) pourrait être implanté et construit. Le site choisi devait avoir le moins d'impact négatif possible sur l'écosystème de la forêt et son développement dans le temps. Après l’exploration des 3 zones, suivie de leur décision, les élèves recevaient un feed-back en RV montrant l'effet dans le temps futur de ce choix sur l'écosystème de la zone choisie. Après ce feed-back, ils devaient décider et justifier à nouveau s'ils allaient modifier ou maintenir leur première décision. Les résultats ont montré des effets positifs significatifs des modalités de signalisation, ainsi que du feed-back sur les bonnes réponses et justifications de décision. En outre, les résultats ont révélé que la combinaison de la signalisation visuelle et du feed-back renforçait significativement l’activation et la récupération de mémoire des concepts pertinents pour la tâche.

16h15 - Discussion générale

17h - Clôture de la journée