Actu Arpège - Prochain séminaire de la Commission "Réalité Virtuelle" le 20 novembre 2020

08.10.20

Le prochain séminaire de la Commission "Réalité Virtuelle, Augmentée et Mixte" aura lieu le 20 novembre 2020.

Organisateur : Vincent Boccara vincent.boccara@universite-paris-saclay.fr

Cette journée se déroulera à distance. Si vous souhaitez y participer, merci de vous inscrire par mail auprès de l'organisteur, qui vous adressera le lien de connexion.

Programme :

9h00 - Accueil

9h15 - 10h30 - Delphine POTDEVIN, doctorante, DAVI, LIMSI-CNRS - Vers des agents conversationnels animés sociaux : quelle influence de l'intimité sur l'expérience utilisateur et la relation client ?

Issue des neurosciences cognitives et après une expérience en psychologie du développement chez le jeune enfant, Dephine Potdevin s'intéresse à la cognition humaine et animale, avec une attention particulière pour les interactions sociales. Elle soutiendra prochainement une thèse en psychologie sociale dans le domaine des interactions humain-agent. Ses recherches portent sur le développement des compétences sociales chez les agents virtuels comme un déterminant de leur adoption auprès du grand public.

Résumé

Les Agents Conversationnels Animés (ACAs) sont de plus en plus présents dans notre quotidien et s’insèrent progressivement dans nos habitudes d’usage. Ces systèmes experts disposent de compétences métier dans des domaines variés (banque, assurances, santé, éducation). Cependant, ces systèmes souffrent encore aujourd’hui d’un défaut d’adoption de la part des utilisateurs, qui, s’ils ne refusent pas catégoriquement de les utiliser, s’en lassent très rapidement. Il semble que les compétences métier seules soient insuffisantes pour satisfaire les utilisateurs et que les compétences sociales des ACAs jouent un rôle important dans la relation-client. A la frontière de la psychologie sociale, de l’informatique affective et de l’ergonomie, mes travaux ont pour enjeu d’explorer l’impact des compétences socioémotionnelles des ACAs sur l'expérience utilisateur (UX) et la relation-client. Pour son rôle central dans les relations humaines, mais également pour sa contribution au sentiment de présence sociale et à la construction de la relation-client, j'ai choisi de me concentrer sur une compétence sociale particulière : l’intimité. A travers une série d'études perceptives et interactives conduites sur le terrain auprès de vrais utilisateurs, ce travail de recherche interroge l'impact de l'intimité virtuelle exprimée dans la communication verbale et non verbale d'un ACA sur les perceptions sociales et les comportements des utilisateurs. Les résultats de ces études désignent l’intimité virtuelle comme un candidat potentiel pour favoriser la dimension sociale de l’interaction humain-agent et tendre vers une meilleure UX.

10h30 – 10h45 - Pause

10h45 – 12h - Simon Lhuillier, Cognitive Psychology, LaPEA - Université Gustave Eiffel / Université de Paris- La réalité virtuelle au service de la recherche en cognition spatiale: transgresser la physique pour comprendre la cognition

Simon Lhuillier est titulaire d'un doctorat en psychologie cognitive, dont le thème principal était l'étude des propriétés métriques de la représentation spatiale en mémoire, selon une approche incarnée et située. Actuellement post-doctorant au LaPEA (Université Gustave Eiffel / Université de Paris), ses travaux de recherche se concentrent sur la perception et les représentations du temps et de l'espace en mouvement.

Résumé

Avec les avancées technologiques récentes et la facilité grandissante à se procurer du matériel informatique, la réalité virtuelle a été largement adoptée dans une variété de domaines dont la recherche fondamentale ne fait pas exception. Toutefois l'utilisation de cette technique pour la création de protocole expérimentaux requière une bonne connaissance de plusieurs concepts centraux concernant l'interaction en l'humain et le virtuel. La présente communication sera dédiée à présenter les spécificités de l'usage de la réalité virtuelle pour la recherche fondamentale en sciences cognitives. Nous discuterons ensuite un usage particulier de cet outil pour l'étude des processus cognitifs : l'introduction de transgressions physiques locales et des effets de telles violations sur le traitement de l'information spatiale. Cette nouvelle méthodologie sera notamment examinée dans le cadre de travaux en cognition spatiale, un champ de recherche dans lequel la réalité virtuelle se révèle particulièrement appropriée pour l'élaboration de protocoles innovants.

12h - 13h30 – Déjeuner

13h30 – 14h45 - Allan Armougum SNCf, (Recherche et Développement) - Investigation de la charge cognitive et de l'expertise à travers la réalité virtuelle : le cas des voyageurs du mass transit

Allan Armougum est chercheur en cognition et en IA, à la direction générale technologies - Innovation & Recherche (R&D) SNCF

Résumé

La réalité virtuelle permet de simuler le comportement des foules de voyageurs au sein des gares, tout en offrant la possibilité d'intégrer des capteurs de mesure de la charge cognitive, pour évaluer la performance des voyageurs dans le traitement de l'information en gare. Les résultats obtenus en réalité virtuelle sont comparables à ceux obtenus dans une vraie gare, nous permettant ainsi de simuler des conditions plus complexes en réalité virtuelle, afin d'observer les variations possibles de la charge cognitive en fonction du contexte simulé.

14h45 - 15h - Discussion générale, rex de la journée

15h - Clôture